L'art des jardins

Le jardin du château de La Batisse est le plus grand du Puy-de-Dôme. Le Château de La Batisse est entouré de jardins à la Française dessinés par l'Ecole de LE NÔTRE, qui s’étendent sur 9 hectares. Ils sont restaurés d'années en années par les propriétaires des lieux.

Ces jardins sont classés "Jardin Remarquable". 

Dès l'acquisition du château par la famille GIRARD de CHASTEAUNEUF, à la fin du XVIIème siècle, le château fut modifié dans le goût de l'époque et pourvu d'un jardin en terrasses, au style classique, d'une harmonie parfaite, agrémenté de broderies de buis et de charmilles.

A La Batisse l'eau tient une place prépondérante. Situé au bord de l'Auzon, qui court tout le long du domaine sur 1800 mètres, La Batisse est le seul véritable jardin d'eau du Massif Central. Un barrage  capte l'eau et l’amène  dans un béal (nom auvergnat), qui est un petit canal non couvert débouchant dans un château d'eau situé au-dessus de la propriété, et par gravitation, l'eau arrive dans les bassins.

 


Au centre de la Cour d'honneur du château a été aménagé un bassin et sa fontaine aux quatre têtes de lions (XVIIIème siècle).

La terrasse de la cour d'honneur a été construite de façon à voir et dominer de son « belvedere » les jardins à la symétrie parfaite.

L'escalier à double révolution permet de rejoindre le jardin classique au grand jet d'eau propulsé à plus de 7 mètres de hauteur.

Une rocaille a été aménagée dans cet escalier abritant une petite fontaine dont les eaux se déversent "en larmier" dans une vasque en forme de coquillage.

Une roseraie est située en contrebas du précédent jardin, constituée de plates-bandes de gazon triangulaires soulignées par de longs massifs de rosiers de collection, grimpants ou en buisson.

 

 

Le damier : faisant face au jardin au grand jet d'eau, il est accessible par une passerelle métallique du 19ème siècle qui enjambe la rivière. Il offre en son point culminant une vue saisissante sur la façade sud du château. Il est constitué, d'après les plans d'origine, de quatre parterres de gazon, bordés d'allées de gravier en arabesques et planté de buis en cônes. Il n'y a pas d'eau à cet endroit mais à il y eut des sources puisque s'y trouve à l'extrémité une grotte qui était une psychée, appelée depuis grotte de l’Amour.


A gauche du damier, un verger conservatoire a été replanté par les propriétaires à partir de six espèces différentes d'arbres fruitiers (il y en a 50, du pépin au noyau), séparés par des arbustes vivaces aux feuilles persistantes taillées. Pour souligner son côté paysager, ont été placées deux boules de verdure, buis, fusain qui indiquent l’entrée du verger.

De l’autre côté du damier, un labyrinthe végétal, dit labyrinthe de verdure, constitué de haies de charmilles taillées, de buis et autres végétaux, permet de découvrir une tonnelle de buis et de nombreux cabinets de verdure. Sa particularité est d'y trouver des arbres dominant les charmilles qui procurent une ombre bienfaisante dans les allées.

Plantée de tilleuls, de charmes et d'érables, l'allée cavalière des cascades (350 mètres de long) permet de découvrir une quadruple cascade aménagée sur l'Auzon. De gros blocs de pierre ont été taillés en forme de palier. Selon les plans conservés dans le château (salle du plan) il était prévu d'en aménager huit.

 

Devenez « Ami du Jardin » adhérez à l’association les amis du jardin de La Batisse.